EN LIVE AVEC LES STARS !

Publié le par corsu61

Cette catégorie vous permet de découvrir les stars sous leur vrai jour, et non celui qu'elles veulent bien montrer par l'intermédiaire de leur agent, leur attaché de presse, ou leur prestation dans une émission de télévision.

Pour cela, profitant de mon expérience de plusieurs années dans le domaine de l'interview, je vous propose le récapitulatif des rencontres que j'ai pu avoir avec vos acteurs ou actrices préférés, et je vous joins les interviews correspondantes.

Tout vous est relaté, sans fard ni dissimulation, et sans aucune langue de bois. Vous allez découvrir que certaines stars sont loin de l'image que l'on veut donner d'elles, que ce soit en bien ou en mal.

N'hésitez pas à me laisser vos commentaires pour me relater vos impressions.... Alors
, bon voyage de l'autre côté du miroir...

Aujourd'hui :

ZOE FELIX

ZOE FELIX

Vendredi 22 mai 2015. L'actrice est présente au théâtre municipal de Bastia afin d'y interpréter la pièce de Francis Veber "Le placard", avec Elie Semoun, Laurent Gamelon et François Levantal.

Rendez-vous est pris dans le hall de son hôtel. Elie Semoun ayant décliné la demande d'interview (glacial, il n'a pas daigné nous saluer en arrivant et s'est montré très distant pour disparaître ensuite rapidement), Laurent Gamelon habitant en Balagne et se rendant directement au théâtre sans passer par l'hôtel, c'est une Zoé Félix souriante et très disponible qui se présente à moi. Faisant l'effort d'empiéter sur son temps de repos afin de me recevoir, elle se montre d'emblée charmante et ne pose aucune difficulté à être photographiée sous tous les angles, malgré le fait qu'elle ne soit pas du tout maquillée. Ceci dit, elle est délicieuse au naturel...

Je sais que vous avez été découverte dans un bus, par une célèbre agent : Myriam Bru. Vous avez déclaré dans une interview que cela vous avait posé des petits problèmes de conscience...

Ce n'est pas que cela m'a posé des soucis. C'est tout simplement que je n'ai pas rappelé immédiatement cette personne qui m'a accostée dans ce bus et qui était, effectivement, une agent assez célèbre à l'époque. J'avais 18 ans et je n'avais pas spécialement envie de faire comédienne. J'ai donc mis un petit moment avant de lui donner de mes nouvelles. Quand je l'ai fait, elle s'est souvenue de moi et tout s'est très vite enchaîné.

EN LIVE AVEC LES STARS !

Mais quand je l'ai rappelée, je n'avais pas dans l'idée de faire une carrière ! Je commençais tout simplement à payer un loyer...

Comme on dit, c'était pour "mettre du beurre dans les épinards"...

C'est un peu réducteur... Je n'osais pas y croire et, quand j'ai emménagé seule, après avoir fini mes études, je me suis souvenue de cette dame. Et je me suis alors dit "Pourquoi pas ?"

L'année 2000 a, apparemment, été une bonne année pour vous. Vous êtes apparue dans une série populaire qui marchait très fort à l'époque : "H". Puis, on vous a vu dans le clip de Gérald De Palmas "Regarde moi bien en face". Considérez-vous que c'est à cet instant que votre carrière s'est lancée ?

Le clip de Gérald De Palmas

Pas du tout ! J'ai commencé avec un film qui s'appelait "Déjà mort", d'Olivier Dahan !

Je sais ! Mais vous devez reconnaître qu'il n'a pas fait énormément d'entrées ! Pensez vous que le fait d'accéder au public par le biais d'une série populaire ou d'un clip vu par des millions de personnes a plus aidé à vous faire connaître ?

(Elle réfléchit)...Effectivement, "Déjà mort" n'a, à l'époque, pas fonctionné. Mais il m'a permis de rentrer dans le monde du cinéma par une jolie porte, parce que c'est un film d'auteur. Pour moi, cette expérience est plus forte que le fait d'être populaire. Quand on démarre, être populaire n'est pas très important. C'est plutôt d'essayer de continuer dans le métier...

Moi, je dirais que c'est plutôt "La beuze", avec Michael Youn, qui est un film qui a très bien marché. Ce long métrage m'a permis de rencontrer le public.

Et maintenant, c'est important d'être populaire ?

Bien sûr ! On fait des films pour qu'ils soient vus, on a envie de partager ! Ceci dit, ce qui prime, c'est d'être là sur la longueur, de perdurer. C'est ça le plus important ! Après, il y a des moments où on est plus populaire que d'autres... Et puis, il y a tellement de monde... Il faut savoir être patient, laisser le temps passer, faire des choses plus confidentielles... Moi, ce qui m'intéresse le plus, c'est de partager et de faire des rencontres.

Vous interprétez le rôle d'Elsa, dans la trilogie "Le coeur des hommes". C'est un bon souvenir ?

Très bon ! En plus, ce sont des films qui ont bien marché ! Une belle rencontre avec le réalisateur Marc Esposito et avec lequel j'ai fait 4 films : les " Le coeur des hommes" et, entre temps, "Toute la beauté du monde". C'est donc quelqu'un que j'ai connu sur la longueur et qui est devenu un ami.

Vous considérez avoir fait de bons choix jusqu'à présent ?

(Elle sourit)... Alors, ça, je n'en sais rien ! (Elle souffle)... C'est une drôle de question ! Honnêtement, je ne sais pas !

Pour l'instant, vous ne vous plaignez pas...

Non, je ne me plains pas.

Pour moi, ce n'est pas une question de choix par rapport au succès qu'ont eu, ou n'ont pas eu, mes films. C'est plus une question de parcours, de comment je me sens dans ma vie. Et puis, arrivé à un certain âge, on a aussi envie d'aborder des rôles différents, de jouer des personnages un peu plus nuancés et consistants, ce qui est normal. Entre 20 et 30 ans, les rôles sont plus légers, et, à un moment donné, il faut savoir passer à autre chose.

EN LIVE AVEC LES STARS !

Evidemment, je ne peux éviter de parler de "Bienvenue chez les ch'tis" !

(Elle me coupe) Alors là, c'est un film populaire !

C'est le moins que l'on puisse dire ! Vous attendiez-vous à un tel succès ?

Absolument pas ! D'ailleurs, personne ne s'y attendait. Ca a été une belle surprise !

En plus, à titre personnel, vous tenez un des seuls rôles qui n'est pas un tant soit peu comique...

Tout à fait ! Je suis le contrepoint de la comédie !

Ca vous a amusé ?

(Elle hésite)... Il en faut un de toute façon... C'est tombé sur moi ! (Elle rit). En réalité, Dany Boon m'avait donné le choix en me proposant les deux rôles : celui de Julie, l'épouse de Kad Mérad, et celui d'Annabelle, la collègue de Dany Boon. J'avais le choix entre le rôle du nord et celui du sud.

Ah bon ?

Oui. Mais je ne me sentais pas de prendre l'accent du nord. Je ne me sentais pas légitime. En plus, Dany Boon venant du nord, je sentais que ce n'était pas pour moi.

Vous êtes devenue Clara Sheller. Reprendre un personnage qui était déjà bien implanté dans l'esprit du public n'a pas été trop compliqué ?

Encore une série populaire ! La télévision est populaire parce les gens n'ont pas à faire la démarche d'aller au cinéma. On rentre directement chez eux, dans leur salon. C'est là toute la différence.

Quand j'ai fait cette série, j'ai senti que j'avais rencontré un autre public. Ca a très bien marché. La principale difficulté venait evidemment du fait que tout le casting avait été changé par rapport à la première saison (le personnage de Clara Sheller était initialement tenu par Mélanie Doutey). Quand on fait une série comme celle-ci, c'est toujours délicat de proposer aux gens un nouveau casting.

Ca a été également le cas avec "Le coeur des hommes 3". Ca ne me concernait pas directement, mais comme Gérard Darmon n'était plus là, il a fallu qu'Eric Elmosnino s'impose à sa place, ce qui ne plaît pas forcément aux gens. Et pour "Le coeur des hommes 3", ça s'est confirmé. Ca n'a pas plus au public et le film a bien moins marché.

EN LIVE AVEC LES STARS !

Par contre, pour "Clara Sheller", ça a très bien marché. Heureusement, les gens ont eu le temps d'oublier un peu la première saison. L'auteur était assez lent à l'écriture... Je dis ça en toute amitié car je l'aime beaucoup, mais comme il travaille tout seul, et non pas avec un pool de scénaristes, ça a donc mis un certain temps avant que la seconde saison ne sorte. L'idée de la première saison a eu le temps de s'estomper et on en a profité. 

C'était, dans le ton, une série très moderne. On y parlait de sentiments, d'émotions et de sexe ! Ce qui est plutôt rare à la télévision, en prime time.

Vous avez tourné sous la direction de Jean-Pierre Mocky...

Oui. Un court métrage.

Est-il fidèle à sa réputation ?

(Elle rit)... Oui ! Mais de quelle réputation voulez-vous parler ? (Elle rit)

Tout le monde la connait ! Il est volcanique !

Volcanique, mais drôle ! C'est un extraverti !

Drôle ? Certains acteurs ne le trouvent pas drôle...

Et bien moi, je me suis très bien entendue avec lui. Il m'a fait rire ! (Elle l'imite en gesticulant) "Moteur ! Moteur !"

Il se cache derrière une espèce de facade. C'est un jeu de comédien. C'est quelqu'un d'attachant. Jean-Pierre Mocky est plutôt un tendre... Ceci dit, tourner avec lui, c'est assez folklorique et anachronique. C'est incontestablement un personnage.

En 2012, vous avez tourné le clip de la très belle chanson de Johnny Hallyday : "L'attente". Pourquoi ?

 

Le clip de Johnny Hallyday (L'attente)

Parce qu'on me l'a proposé et que je ne me voyais pas dire non à Johnny ! Je trouvais que c'était drôle de pouvoir le rencontrer et d'apparaître dans son clip. En plus, il revenait après un petit moment d'absence et avec un nouvel album. Je trouvais la chanson, écrite par Christophe Miossec, très belle.

Elle est très belle et le clip est très élégant...

Tout à fait. Ca m'a également permis de rencontrer le réalisateur du clip, qui s'appelle Fred Grivois, et qui met désormais en scène des longs métrages. En tout cas, ça a été une superbe rencontre avec Johnny.

De toute façon, à lui, on lui dit oui tout de suite !! C'est vraiment génial d'être dans un de ses clips, ne serait-ce que pour mon CV ! (Elle rit).

Changeons totalement de sujet... Il paraît que vous avez une centaine de soutien-gorges et autant de chaussures...

(Elle lève les yeux au ciel en souriant) Alors ça ! Vous savez, ça, ce sont des phrases qui sont sorties de leur contexte ! J'ai fait une publicité pour des soutien-gorges "Playtex" et on ne m'a parlé que de lingerie. A un moment donné, je ne sais même pas pourquoi cette phrase est sortie...

C'est vous même qui l'avez déclaré...

Oui, mais c'est une phrase sortie de son contexte...

Vous êtes une acheteuse compulsive ?

(Elle réfléchit) Compulsive... J'aime bien faire du shopping. Je suis une vraie fille !! (Elle rit).. Quand je fais du shopping, je fais du shopping !! Quelquefois, quand je suis un peu déprimée, ça fait office de pansement ! Mais je pense que je ne suis pas la seule... Lingerie, chaussures... Tout ça est très féminin !

D'ailleurs, le clip "Playtex" est très joli. Aucune vulgarité et tout en élégance...

C'est joli hein ? Ca me fait plaisir de vous l'entendre dire.

Mère italienne, père corse. Doit-on en déduire que votre caractère est bien affirmé ? (Je souris)

J'ai du caractère ! (Elle sourit). Orenga de Gaffory, vous connaissez j'imagine ?

Les vins de Patrimonio ?

Oui. C'est ma famille ! C'est un peu particulier parce que mon père a un peu coupé les ponts avec elle... Je ne m'étendrai pas plus longuement là-dessus...

J'ai donc retrouvé ma famille corse récemment, lorsque je suis venue au festival de musique latino de Saint-Florent. J'ai donné une interview au journal "Corse matin" dans laquelle je disais avoir de la famille sur l'île. Un arrière-arrière cousin l'a lue, est venu au festival, m'a retrouvée et m'a dit : (elle imite l'accent corse) "Alors ? tu me cherches ?"...

Du coup, j'ai renoué avec cette famille qui est énorme. Ils ont pu vérifier que ce que j'affirmais était vrai (parce qu'ils avaient des petits doutes) grâce à mon inscription sur l'arbre généalogique sur lequel figurent l'écussion, la chevalière, les épées et tout le toutim...(Elle rit).

Je vais vous poser une question que tous les hommes se posent, car vous avez tout de même une image de séductrice..

Ah bon ?

Ne feignez pas la surprise...

Vous parlez de mes rôles ? (Elle sourit)

Si vous voulez...(Je souris)... Je vais donc vous poser une question personnelle... Comment un homme doit-il s'y prendre pour vous faire tomber amoureuse ?

(Elle rit aux éclats)... Justement, il ne faut pas s'y prendre !

EN LIVE AVEC LES STARS !

Je préfère laisser le charme agir... naturellement. Pas vous ?

(Je souris) Oh moi, j'ai toujours galèré avec les femmes...

Ca, je ne veux pas le croire ! (Elle sourit)

Changeons de sujet. (Je souris) Quels sont vos projets ?

J'ai des projets au cinéma, mais c'est encore un peu frais pour en parler. Je peux quand même dire que c'est un projet avec Agnès Fustier, un premier long métrage.

Ce sera un film avec Natacha Regnier et Lannick Gautry. C'est plutôt un drame, et ça, ça me fait plaisir.

Ca va varier un peu...

Oui hein ? On est d'accord !

14 minutes... J'ai respecté le timing à la lettre et vous allez pouvoir aller vous reposer. Merci beaucoup de m'avoir reçu.

Génial. Merci à vous.

Reportage photo réalisé par Candice Obron-Vattaire

Reportage photo réalisé par Candice Obron-Vattaire

Commenter cet article

Betty 01/06/2015 11:39

Effectivement, elle est vraiment belle au naturel!!!!

Betty 01/06/2015 11:37

j'adore, vraiment d'une simplicité!! Maxou tu es vraiment un coquin dans tes questions et tes réponses hihihi!!!
bisou en attente de lire

sylvie 31/05/2015 18:31

Adorable, simple et qui n'a pas peur de reconnaître les difficultés du métier.

Fred33 31/05/2015 10:06

Excellente interview. Je me régale toujours autant avec votre site

palilia 30/05/2015 20:12

Non mais tu as de la chance qu'elle soit si gentille et qu'elle ait aussi bien répondu.j'ai l'impression que c'est la première fois que tu mets autant d'extraits vidéos concernant quelqu'un que tu interviewes....sacre playtex!