EN LIVE AVEC LES STARS !

Publié le par corsu61

Cette catégorie vous permet de découvrir les stars sous leur vrai jour, et non celui qu'elles veulent bien montrer par l'intermédiaire de leur agent, leur attaché de presse, ou leur prestation dans une émission de télévision.

Pour cela, profitant de mon expérience de plusieurs années dans le domaine de l'interview, je vous propose le récapitulatif des rencontres que j'ai pu avoir avec vos acteurs ou actrices préférés, et je vous joins les interviews correspondantes.

Tout vous est relaté, sans fard ni dissimulation, et sans aucune langue de bois. Vous allez découvrir que certaines stars sont loin de l'image que l'on veut donner d'elles, que ce soit en bien ou en mal.

N'hésitez pas à me laisser vos commentaires pour me relater
vos impressions.... Alors, bon voyage de l'autre côté du miroir...

Aujourd'hui :

EN LIVE AVEC LES STARS !

Samedi 18 juillet 2015. L'acteur est le président de la seconde édition de l'excellent festival "Cap sur le rire" d'Erbalunga.

Je contacte les deux organisateurs de l'évènement qui, très gentiment, transmettent ma demande au comédien. Rendez-vous est donc pris sur le petit port, au café "U Scalu". Lorsque ma photographe et moi nous présentons sur les lieux, François-Xavier Demaison n'est pas encore arrivé. Quelques minutes après, c'est chose faite, mais petit problème... La matinée est déjà avancée et il y a de plus en plus de touristes qui arpentent l'endroit. Aussi, lorsque nous nous installons à une table extérieure, je me trouve confronté à un petit problème : l'enregistrement audio ne sera-t-il pas perturbé par les bruits qui nous entourent ?

François-Xavier Demaison comprend vite le problème et me propose alors très gentiment de tenir le micro près de sa bouche, ce qui va me faciliter amplement la tâche...

Cet entretien va donc vous faire découvrir un homme à la fois gentil et simple, aux antipodes du star system, qui dégage une impression de mélancolie parfois touchante, mais qui peut facilement s'enflammer devant une chose qui le passionne. Un être humain ma foi bien sympathique...

Mr Demaison, merci de me recevoir...

Mais je vous en prie...

EN LIVE AVEC LES STARS !

Décidément, en ce moment, je collectionne les acteurs de souche corse...

C'est vrai ?

Oui... Maman née Ghisoni ?

Exactement.

Vous venez souvent sur l'ïle ?

J'essaie au moins une à deux fois par an. En ce moment, je suis le parrain de ce jeune festival qu'est "Cap sur le rire", organisé par Julien Ponzevera et Olivier Nicolaï. De plus, je suis aussi parrain du festival de cinéma de Lama, présidé par mon ami Tony Ceccaldi...

Cela fait quelques temps que vous venez là-bas...

Tout à fait. Nous y avions présenté le film "Comme des frères"...

 (Je le coupe) Excellent film !

Merci, c'est gentil. On avait eu un vrai coup de coeur pour la région... Mais moi, je la connais depuis l'enfance ! On avait une maison à St Florent et nous y venions chaque année, en vacances. Pendant 35 ans, ça a été des années extraordinaires.

Pour arriver à la carrière qui est désormais la vôtre, vous avez pris moults virages...

(Il me coupe) Comme sur une route corse... (Il sourit)

Exactement. Sans rentrer dans le détail d'un parcours que tout le monde connait, je voudrais savoir une chose : est-il vrai que vous avez assisté aux évènements du 11 septembre à New-York et que cela a tout déclenché chez vous, ou n'est-ce finalement qu'une légende ?

Ce n'est pas une légende. J'étais tax lawyer à New-York, après avoir fait Sciences-Po, puis démarré une carrière de fiscaliste à Paris. Et parce que j'ai assisté à ces terribles évènements du 11 septembre, je me suis dit que la vie était trop courte, que je ne voulais plus la perdre à la gagner, et j'ai décidé de revenir à mon amour de toujours qui était le spectacle. J'ai donc tout plaqué pour devenir acteur. 

Mais vous aviez déjà fait du théâtre, avant vos études de fiscaliste...

Oui. J'avais fait le cours Florent, puis j'avais hésité à me lancer. Il faut dire qu'à l'époque, je venais de me marier...

Il n'y avait pas également un peu de pression de la part de vos parents ?

Un petit peu. Ils étaient angoissés de voir leur fils partir vers le théâtre... Aujourd'hui encore, ils sont toujours un peu inquiets... Tout comme moi qui suis souvent sous pression car je fais beaucoup de choses différentes.

 

EN LIVE AVEC LES STARS !

C'est amusant car vous paraissez toujours d'un calme olympien...

(Il me coupe) Ah oui ? (Il rit)... Tant mieux ! (Nous rions)

Qu'est ce qui peut vous faire exploser ?

(Il réfléchit) Parfois, j'ai des coups de stress. Je suis quelqu'un qui prend tellement sur moi que je peux exploser d'un seul coup !

Vous intériorisez ?

Oui, beaucoup.

C'est curieux, car, pour un homme de scène, vous n'ètes pas un extraverti...

Si si ! Mais ça dépend des moments. Je ne crois pas à l'humoriste, au comique ou à l'acteur, qui est dans l'acting du matin jusqu'au soir. Pour ma part, il y a des moments où je suis inspiré, où j'ai envie de déconner (et je ne m'en prive pas), et puis il y a des moments pendant lesquels je suis plus effacé, plus en retenue.

Désormais, mon expérience d'interviewer m'a fait constater que ce sont souvent les comédiens classés "comiques" qui sont le plus stressés...

Je ne sais pas...Peut-être parce que c'est très, très dur de faire rire ! Je trouve que faire rire sur scène, c'est ce qu'il y a de plus dur. Essayer de faire rire avec des choses dont les gens vont se souvenir, et avec fierté, car souvent les gens rient sur le coup et après, il n'en reste pas grand chose. Moi, j'essaie de faire des spectacles, ou des films, dans lesquels on rit, mais également dont on se souvient. 

Vous venez de vous rattraper en disant "des spectacles...ou des films" ! Vous êtes plus axé "scène" ?

Non. C'est parce qu'en ce moment, je rode mon prochain spectacle à partir de fin août, à Aix-en-Provence ! 

(Je le coupe) Où vous avez une maison...

Exactement. Mais je viens également d'enchaîner trois films et je suis en plein milieu d'un nouveau tournage... Un film de Christophe Barratier sur l'affaire Kerviel.

Ca va vous rappeler votre ancien job...

Tout à fait ! Je viens également de terminer un film en Belgique, avec Isabelle Carré et Albert Delpy. J'ai donc eu une année bien chargée !

EN LIVE AVEC LES STARS !

Selon vous, le film "Coluche, l'histoire d'un mec" a t-il été l'élément déclencheur de votre carrière ?

(Sans hésiter) Oui ! Certainement ! Il y a eu une conjonction... Le succès de mon spectacle et le film sur Coluche ont fait qu'à un moment donné, on ne parlait pratiquement que de moi... Ca m'a donc permis d'enchaîner les films (j'en ai fait 25 en 7 ans !).

Et vous n'avez jamais arrêté de tourner...

(Il devient songeur) Et non !

(Je ris) Vous dites ça comme si cela vous embêtait !

Non... Tant mieux ! C'est vrai que j'ai eu cette chance... Et surtout de pouvoir faire de la scène ET du cinéma. C'est ça qui est génial. C'est un bon équilibre.

Justement. Parlons de cet équilibre... Sur scène, vous êtes une pile. Sur un tournage, comme on attend beaucoup, vous devez vous ennuyer ?

C'est vrai qu'on attend beaucoup... Quoique...Désormais, les rythmes sont de plus en plus forts, ce qui fait qu'on attend de moins en moins. Je peux vous dire que sur mon dernier film sur Kerviel, on n'attend pas beaucoup ! C'est très intense.

(Je tente, sur un ton humoristique, de lui rappeler un épisode peu plaisant de son début de carrière) Peu de gens savent que vous avez joué un spectacle réplique de "Cetelem" et "Delivrance"... 

(Il réfléchit longuement) "Cetelem" et "Delivrance"... (Il cherche)...

Je vais vous rafraîchir la mémoire... Vous rappelez-vous d'une réunion de concessionnaires de machines agricoles ?

(Il se rappelle soudainement) Ouffff !!!

Un souvenir des plus désagréables semble-t-il ?

Oui. Ca, c'est anecdotique, effectivement ! C'était à mes tous débuts et mon producteur m'avait dit qu'il avait un super plan pour moi !

 

EN LIVE AVEC LES STARS !

Je résume pour mes lecteurs : Vous deviez jouer devant une réunion de concessionnaires de machines agricoles et la soirée a viré au cauchemar. Etaient également présents un sosie de Marilyn Monroe...

(Il me coupe) Plutôt un sosie de Jane Manson... (Il rit)

Et un orchestre de banjo...

Tout à fait.

Ils étaient tous à table et certains ne se sont même pas retournés de tout le spectacle. Vous avez alors eu un grand moment de solitude...

Enorme !

Un mauvais souvenir...

Oui, mais ça tanne le cuir ! Ca forge !

Vous surfez très souvent entre la comédie et le drame... Vers quel genre votre coeur balance-t-il ?

Et bien justement, j'aime les deux ! Je n'ai pas envie de me classer ou de me mettre dans une case. J'aime faire des films dans lesquels on rit, mais également dans lesquels on pleure, à l'instar de "Comme des frères"...

(Je le coupe) Mouais... Justement, sur ce film, je sais des choses...

(Il me regarde intrigué)

Comme vous êtes un épicurien, je sais qu'il n'y a pas eu que des moments dramatiques, notamment avec Pierre Niney et Nicolas Duvauchelle, dans la cave de votre maison d'Aix-en-Provence...

(Il me jette un regard complice et il rit de bon coeur)... Exactement !

Il parait que votre vin est excellent !

(Il rit de plus belle) C'est gentil !

Comment savez-vous ça ? Qui vous l'a raconté ?

EN LIVE AVEC LES STARS !

Je ne révèle jamais mes sources... (Nous rions). Pour en revenir à "Comme des frères", c'est une comédie dramatique de qualité qui permet de vous apprécier dans un aspect plus tragique. Et côté comédie, je citerai un des films qui ont fait le bonheur de toute ma famille, je veux parler de "Tellement proches"...

(Son visage s'irradie) Ahh ! C'est vrai ? Ca me fait bien plaisir ! J'adore !!

L'art de vivre... C'est important pour vous ?

Oh que oui ! Le bon vin corse ! Le clos Canarelli... Tarra d'Orasi... Amphora...

Orenga de Gaffory ?

Oui ! La cuvée du gouverneur... C'est bon ça !

Vous saviez que c'était de la famille de Zoe Félix ?

Ah bon ?? Je l'ignorais !

Ah, l'art de vivre... C'est la bouffe, le vin, les potes... J'adore ça !

Vous arrivez à prendre du temps pour ça ?

Oui. Il faut ! (Il redevient pensif)

Je fais beaucoup de choses... Je produis actuellement un documentaire distribué par Disney, sur un maître d'école du Gard. Ca s'appelle "Mon maître d'école". Il est sélectionné comme coup de coeur au festival d'Angoulême. En plus du reste, j'écris une prod... Je n'arrête pas...

Tout à l'heure, vous me parliez du côté sombre... Je voudrais parler de la série "Disparue"... C'est fou parce qu'après l'avoir vue, les gens m'ont souvent dit "On ne savait pas que vous aviez ce côté sombre...". C'est là qu'on voit que la télé a un poids énorme ! On a quand même fait 6 millions de spectateurs ! Ca m'a fait plaisir parce que j'ai pu voir que les gens m'appréciaient aussi dans ce registre là.

Pourquoi ? Vous croyez que les gens ne vous voient que par l'intermédiaire de la comédie ?

(Il hésite) Non, mais on ne sait jamais... Quelque part, on est un peu étiqueté. Là, j'ai pu faire voir ce côté sombre au plus grand nombre. Ca a été malin de faire ça à la télé. En plus, ça a été quelque chose de qualité ! 

Je ne dis pas que je vais revenir à la télé demain matin, mais quand c'est qualitatif comme ça et que le public est au rendez-vous, c'est vraiment gagnant. D'abord, les gens sont heureux, et vous, en tant qu'acteur, vous pouvez montrer une palette plus large de votre talent et ça va être vu ! Quand vous faites un film sombre qui va faire 100 000 entrées, ça aura forcément moins de poids que quand toute la France vous voit ! "Disparue" a donc été une belle aventure.

 

EN LIVE AVEC LES STARS !

Après, j'aime bien être multiple, faire plein de choses à la fois, et des choses différentes.

Vous arrivez à vous canaliser ?

J'ai un peu de mal. Je suis, je pense, un peu boulimique. Mon entourage me dit souvent qu'il faudrait que je me repose un peu, que je prenne le temps de poser les choses et de profiter. Mais j'ai l'impression d'avoir tellement de chance de faire ce métier que je ne suis pas blasé. Du coup, je multiplie les expériences, les rencontres...

Comment vivez-vous la célébrité ?

Assez bien. C'est plutôt bienveillant de la part des gens. Je n'ai pas trop de problèmes. Il y en a toujours un sur dix ou sur vingt qui ne va pas être content, mais je vis assez bien cet état de fait. Ca me permet d'accéder aux gens et je crois que, profondément, j'aime ça. Sans démagogie aucune.

Beaucoup d'acteurs sont très actifs au niveau politique. Vous, on ne vous entend jamais sur le sujet...

Non, mais j'ai tout de même mes convictions que j'essaie d'exprimer au travers de mes spectacles. Je dis souvent que je ne fais pas du quotidien, mais plutôt de l'hebdo.

C'est d'ailleurs de plus en plus appuyé...

Oui. D'ailleurs, le prochain va être un peu plus trash ! J'incarne un homme politique qui chasse à courre, qui tue des employés de mairie sans le faire exprès, et dont la presse salue le sens général de l'intérêt et non pas le sens de l'intérêt général ! (Il rit) Il dit : "Je ne suis pas de droite, je ne suis pas de gauche, je suis du Milieu"... (Nous rions)

Vous êtes habitué à jouer une large palette de sentiments. Quel est celui qui vous touche le plus dans la vie ?

(Il réfléchit longuement)... Bonne question !... (Après une longue hésitation) La nostalgie. Je crois que je suis parfois quelqu'un de nostalgique. Mais la bonne nostalgie, pas la passéiste revandicatrice du "c'était mieux avant". Je trouve la nostalgie très cinématographique...

Vous êtes un sentimental ?

Oh oui ! Total ! Complet ! Et je me bouscule pour justement ne pas laisser libre cours à cette sensibilité excessive.

Ca vous fragilise ?

Quand on fait du cinéma ou de la scène, il faut être fragilisé, sensible.

 

EN LIVE AVEC LES STARS !

Mais à l'inverse, quand on fait tout le reste autour, il faut savoir agir, prendre des décisions... C'est un métier dans lequel il faut savoir entreprendre les choses. Il ne faut donc pas toujours se laisser aller à un certain sentimentalisme... Mais ce qui est sûr, c'est que c'est un métier qui repose sur la corde sensible !

Vous avez du mal avec le fait d'être en constante obligation d'être désiré ?

C'est la règle du jeu. Il faut constamment susciter du désir. C'est difficile. Je crois surtout qu'il faut faire ce qu'on aime et s'écouter. Dans mon cas, il y a de plus en plus de gens qui me suivent et qui m'apprécient, alors ça me rassure. Je crois qu'il faut se faire confiance.

En toute franchise, vous considérez-vous comme "arrivé" ?

Ah non ! Pas du tout !

Pourquoi ? Vous faites désormais partie des incontournables du cinéma français...

Merci, c'est gentil.

Ce n'est pas gentil, c'est un fait. Alors comment pouvez dire que vous n'êtes pas arrivé ?

Parce qu'on n'est jamais arrivé ! Moi, je suis en perpétuel devenir... Je ne suis pas arrivé, mais au contraire, je viens d'arriver...

Je vais finir par un petit questionnaire à choix multiples...

Super !

Choisissez un thème : comédie ou drame ?

Comédie !

Laurel ou Hardy ?

Laurel. Non !... Françoise Hardy ! (Il rit)

"La folie des grandeurs" ou "La grande vadrouille" ?

"La grande vadrouille". Mais j'aime les deux... Elles sont dures vos questions !

Harold Lloyd ou Buster Keaton ?

Buster Keaton.

Raimu ou Fernandel ?

Raimu.

Jerry Lewis ou Jim Carrey ?

Jerry Lewis.

L'interview touche à sa fin. Je vous remercie beaucoup.

Merci à vous. C'était un vrai plaisir.

Reportage photo réalisé par Candice Obron-Vattaire

Reportage photo réalisé par Candice Obron-Vattaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Adeline 21/07/2015 18:39

J'adoooore cet acteur ! Et maintenant, je l'adoooore encore plus ! Merci merci

Palilia 21/07/2015 18:03

enfin le pourquoi du micro-glace.... encore une interview différente et intéressante : je le connaissais de vue cet acteur bien sûr mais je ne savais pas qu'il avait fait tout ça et j'ai bien aimé ses réponses Corsu... quand tu ne l'as pas coupé ! :)

Corsu61 21/07/2015 18:35

Mes interviews ne sont pas des interviews, mais des discussions à bâtons rompus...:)

Fred44 21/07/2015 16:04

Super moment avec un acteur génial. Un de mes préférés ! Merci Corsu !

AlainM 21/07/2015 14:29

Interview intéressante avec un mec que j'apprécie particulièrement. Heureux de savoir que son image ne s'est pas écornée avec cet entretien. Merci pour ce bon moment

chantal 92 21/07/2015 13:34

Encore une interview sympathique et bien renseignée ! Ça fait plaisir de voir des bons acteurs qui ne se prennent pas la tête et proche du public. Merci Mr Demaison et merci Maxou. Ce partage est toujours un moment agréable