EN LIVE AVEC LES STARS !

Publié le par corsu61

Cette catégorie vous permet de découvrir les stars sous leur vrai jour, et non celui qu'elles veulent bien montrer par l'intermédiaire de leur agent, leur attaché de presse, ou leur prestation dans une émission de télévision.

Pour cela, profitant de mon expérience de plusieurs années dans le domaine de l'interview, je vous propose le récapitulatif des rencontres que j'ai pu avoir avec vos acteurs ou actrices préférés, et je vous joins les interviews correspondantes.

Tout vous est relaté, sans fard ni dissimulation, et sans aucune langue de bois. Vous allez découvrir que certaines stars sont loin de l'image que l'on veut donner d'elles, que ce soit en bien ou en mal.

N'hésitez pas à me laisser vos commentaires pour me relater vos impressions.... Alors, bon voyage de l'autre côté du miroir...

Aujourd'hui :

EN LIVE AVEC LES STARS !

26 janvier 2016. Le comédien est présent au théâtre municipal de Bastia afin d'y interpréter la pièce "Le système" d'Antoine Rault.

Rendez-vous est pris à l'hôtel "Les voyageurs", dans le petit salon qui m'est réservé pour les interviews.

Dominique Pinon arrive un peu en avance et se montre d'emblée très sympathique et disponible. Souriant et très calme, il accepte, avant de commencer l'entretien, de dédicacer un livre audio dont il est le narrateur, et destiné à une personne qui m'est chère, hospitalisée depuis peu et fan de l'acteur.

Une fois cette tâche effectuée, nous commençons l'entretien. Vous allez découvrir un homme courtois, très posé, attentif et d'une gentillesse incontestable...

 

Dominique Pinon, bonjour et merci d'avoir accepté de me recevoir car je sais que vous n'aimez pas beaucoup les interviews...

(Il hoche la tête) Qui vous a dit ça ?

C'est vous même qui l'avez déclaré dans l'émission de Laurent Ruquier : "On n'est pas couché" !

(Il fait la moue) Ah oui... Vous savez, il y a des jours où l'on n'est pas prêt pour ça...

Je vais donc essayer d'être le plus intéressant possible...

(Il sourit)... Mais je vous en prie, allez-y !

D'où vous vient votre passion pour le jeu ?

EN LIVE AVEC LES STARS !

Elle me vient de loin, quand j'étais petit. (Il réfléchit)... En tout premier lieu, elle me vient de la lecture. Tout jeune, j'avais une grand-mère qui était alitée, que je n'ai connue que dans cet état, et qui aimait que je vienne lui lire des histoires à voix haute. J'ai toujours aimé lire. A l'époque, il y avait des compositions de récitation et j'adorais ça. Je me rappelle que l'institutrice m'avait dit que, contrairement aux autres élèves, je mettais le ton !

Plus tard, à l'âge de 12-13 ans, alors que j'étais dans une école tenue par les curés, ces derniers avaient monté une pièce de Molière, et le fait de jouer m'avait marqué.

Ensuite, j'ai mis tout ça un peu en veilleuse... Le métier de comédien me paraissait très éloigné et impossible à faire.

Pourquoi impossible ?

Parce que j'étais en province... Et puis le métier de comédien n'est pas un métier comme un autre ! Il a donc fallu que j'atteigne une certaine "maturité", pendant laquelle j'ai poursuivi des études de Lettres (que je n'ai d'ailleurs jamais rattrapées)... (Il sourit), pour que je me dise qu'il fallait faire quelque chose de ma vie. J'ai donc décidé de monter à Paris. J'avais 23 ans. 

Vous avez une particularité assez curieuse. Au théâtre, vous êtes catalogué comme un comédien de premier ordre, alors qu'au cinéma, vous êtes plutôt étiqueté comme second-rôle !

(Il souffle)... C'est comme ça. Je n'ai jamais eu de plan de carrière. Je vais là où on me désire. De temps en temps, on m'offre de belles choses au cinéma, mais c'est assez rare. En tout cas, vous avez raison sur le fait qu'on m'offre beaucoup plus de choses intéressantes au théâtre. Mais je suis toujours partant pour tout ! Il est un fait certain que j'aimerais faire plus de choses au cinéma...

Parlez moi de cette relation si particulière que vous entretenez avec le réalisateur Jean-Pierre Jeunet...

Nous nous sommes connus dans les années 80. Il arrivait de Nancy et j'arrivais de ma province. On a fait connaissance quand il a voulu monter son premier film, qui n'était pas "Delicatessen" mais "La cité des enfants perdus". Il m'avait repéré dans "Diva" de Jean-Jacques Beineix, qui était mon premier long métrage. Ne connaissant personne à Paris, il cherchait des acteurs avec des "gueules". Il m'a donc rencontré comme ça.

Pour revenir à ma relation avec lui, il se trouve qu'on ne se voit pas tout le temps, mais il cherche toutefois à ce que je sois toujours dans ses films. C'est une marque d'amitié qui me touche.

EN LIVE AVEC LES STARS !

Vous jouez dans tous les styles de films. Avez-vous un genre de prédilection ?

J'ai une préférence pour les rôles qu me donnent quelque chose à défendre. Un genre de prédilection ? Non. Pour moi, les films de genre n'existent pas. Un bon film, c'est une belle histoire, bien jouée. Il se trouve que, dans mon cas, on m'a proposé des films un peu "bizarres", mais en fait, je vais là où on me désire. 

Il est vrai que le cinéma, c'est une joie d'évoluer dans des univers différents. Au début, je rêvais d'en faire pour faire des cascades et jouer la comédie... 

Vous amuser...

Oui, mais pas tout seul. Il faut accrocher les gens qui vous regardent.

Vous tournez également des grosses productions étrangères. "Alien la résurrection" (avec Sigourney Weaver, Winona Ryder et Ron Perlman), qui, à mon avis, est le meilleur après "Alien, le 8ème passager"...

(Il me coupe) Je suis de votre avis !

Et également l'excellente série "Outlander" avec Caitriona Balfe...

(Il me coupe) Ah vous avez vu la saison 1 ? En ce qui me concerne, quand on m'a appelé pour jouer dans la saison 2, je ne connaissais pas cette série !

On vous a appelé pour interpréter le rôle de "Master Raymond"...

Tout à fait. Une espèce d'apothicaire un peu louche. On ne sait pas trop de quel bord il est...

J'ai été très heureux de faire ça ! J'aime bien les acteurs anglo-saxons.

(Je souffle)...Ah... Caitriona Balfe ! Est-elle aussi jolie en vrai qu'à l'écran ?

(Il m'épelle) Ca se prononce Ka-a-i-trona Bal-fi ! Elle est magnifique ! C'est une actrice d'origine irlandaise. Je l'ai eue quasiment comme unique partenaire car, dans la série, mon personnage a une relation particulière avec elle...

De plus, la réalisation est soignée. J'ai eu deux réalisateurs qui étaient vachement bien !

Pour en revenir à "Alien, la résurrection", il se trouve que j'ai mis la main sur une scène coupée au montage dans laquelle vous figurez !

(Très étonné) Ah bon ?

Vous y jouez une scène dans laquelle vous racontez une blague à Winona Ryder...

Je ne me rappelle pas de ça !

(Je lui raconte la scène)...

(Traduction : "Qu'est ce qui a deux pouces, un oeil, une grosse bite et qui baise comme un Dieu ?")

(Il éclate de rire)... Ah oui, ça y est ! Maintenant que vous me dites la chute, je m'en souviens !

Le travail est-il vraiment différent avec les américains ?

Je dirais qu'à partir du moment où il y a une caméra et qu'on joue, c'est pareil. Evidemment, dans le cas d'"Alien, la résurrection", il se trouve que c'était une grosse production. Ce qui nous a choqué, nous les acteurs français, c'est le bruit qui règnait sur le plateau. Il y avait beaucoup de monde. C'était constamment bruyant. De plus, dès qu'il y avait le moindre problème, ils organisaient une réunion ! Et ça parlait, et ça parlait...

En ce qui me concerne, c'était la première fois de ma vie que j'étais sur un plateau pareil, de science-fiction, avec un bassin et des scènes sous l'eau, et Sigourney Weaver à côté de moi. J'étais émerveillé. C'était génial.

Elle est sympa ?

Oui. Très francophile.

Tant mieux. On n'est donc pas dans le star system...

(Il fait la moue) Euh... si, quand même ! On ne va pas se le cacher.

Vous considérez-vous facile à diriger ?

Je pense que oui. Si je sens qu'on a confiance en moi.

Vous avez bon caractère ?

Je suis comme tout le monde... (Il sourit)...

Vous est-il arrivé de ne pas vous entendre avec un, ou une, partenaire ?

Très rarement. De toute façon, c'est un métier dans lequel il faut composer. En général, vous ne choisissez pas votre partenaire. Vous avez donc forcément plus ou moins d'affinités avec certains. Mais ce n'est pas grave. On est là pour jouer...

Vous avez tourné avec les plus grands. Y'en a t-il un qui vous a impressionné ?

Oui. Un réalisateur italien qui s'appelle Ermanno Olmi. C'est un monsieur qui a réalisé "L'arbre aux sabots", un film avec des non-acteurs.

EN LIVE AVEC LES STARS !

Ce qui m'a impressionné, c'est que quand je suis allé au casting de son film "La leggenda del santo bevitorre", c'est lui-même qui l'a dirigé. Il ne m'a posé aucune question concernant mon métier d'acteur ! Il se foutait de ce que j'avais fait avant. Etant un homme des montagnes du nord de l'Italie, il a un côté très rude, très paysan. Je me souviens qu'il m'a demandé si j'avais déjà retourné la terre avec mes mains...

Vous avez tourné dans tous les films emblématiques des années 80 (Diva, Le retour de Martin Guerre, 37°2 le matin, Frantic), puis dans les succès de Jean-Pierre Jeunet (Delicatessen, Alien la résurrection, La cité des enfants perdus, Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Un long dimanche de fiancailles)...  Considérez-vous avoir eu de la chance ou avoir toujours fait les bons choix ?

Dire que j'ai toujours fait les bons choix serait un peu prétentieux. En fait, je n'ai pas souvent eu le choix. Ce sont simplement les choses qui se sont produites à un moment donné. Voilà. J'ai eu la chance que le peu qu'on me propose soit de qualité. Cependant, j'ai plus de choix au théâtre.

Pouvez-vous expliquer le capital sympathie que vous avez auprès du grand public ?

En fait, j'en suis très heureux. En général, les gens qui me reconnaissent dans la rue ne connaissent pas mon nom, mais mon visage leur est familier et ça leur met "la banane"... (Il sourit). Tant mieux ! Ils doivent repenser à moi dans tel ou tel film... Et du coup, ça me met aussi "la banane" !

Dernière question : pour vous, qu'est-ce qui symbolise une carrière épanouie ?

Ouh là là !... (Il réfléchit longuement)... C'est de ne pas être blasé. D'avoir toujours envie ! Moi, j'ai envie plus que jamais ! Arrivé à 60 ans, j'estime que c'est quand même bien !

Cette interview est terminée. Je vais vous laisser vous restaurer tranquillement...

En tout cas, merci beaucoup.

Mais c'est moi qui vous remercie !

 

Reportage photo réalisé par Candice Obron-Vattaire

Reportage photo réalisé par Candice Obron-Vattaire

Commenter cet article

Vénus 04/02/2016 16:43

J'adore cet acteur et j'ai adoré tous les films dans lesquels il a joué (La cité des enfants perdus, Amélie Poulain, Alien 4, Un long dimanche de fiançailles, et j'en passe...). C'est une "gueule" du cinéma français et comme il le dit lui-même, même si les gens ne se souviennent pas forcément de son nom, on se souvient au moins de son visage, qui nous est fort sympathique !! Excellent interview, quelle chance de l'avoir rencontré !! Bravo et merci à l'équipe de SOS Movies de nous avoir fait partager ce bon moment avec un acteur exceptionnel. Espérons qu'il revienne en Corse prochainement pour une autre pièce de théâtre, j'irai le voir avec grand plaisir !!

Amélie 04/02/2016 13:26

Super moment avec un homme très sympathique. Je découvre encore une facette d'un acteur... Merci beaucoup

chantal92 04/02/2016 12:44

Bravo pour ta curiosité ! J'aime bien l'acteur de cinéma et découvrirais avec plaisir l'homme de théâtre !

palilia 04/02/2016 12:35

Je ne savais pas qu' il avait tourné dans tous ces films.chouette interview

Franck21 04/02/2016 12:05

J'adore cet acteur ! Simple et super sympa, je ne suis donc pas déçu. Merci