THE FINEST HOURS

Publié le par corsu61

THE FINEST HOURS
THE FINEST HOURS
THE FINEST HOURS

Le 18 février 1952, l’une des pires tempêtes qu’ait jamais connues la côte Est des États-Unis s’abat sur la Nouvelle-Angleterre. Elle ravage les villes du littoral et détruit tout sur son passage, y compris deux pétroliers de 150 mètres. Le SS Pendleton et le SS Fort Mercer, en route respectivement pour Boston (Massachusetts) et Portland (Maine), sont littéralement brisés en deux. Les équipages restent piégés à l’intérieur des navires voués à sombrer rapidement. Le premier assistant mécanicien Ray Sybert, officier responsable à la poupe du Pendleton, réalise très vite qu’il lui appartient de prendre en charge des marins terrifiés et de les amener à travailler ensemble pour maintenir le navire à flot le plus longtemps possible.

Alors que les garde-côtes de Chatham (Massachusetts) font de leur mieux pour aider les pêcheurs à protéger leurs bateaux de la tempête, ils apprennent que les deux pétroliers en détresse dérivent au large du cap Cod. Le premier maître Daniel Cluff, récemment nommé à la tête du poste de secours, envoie immédiatement à la rescousse le bateau de sauvetage CG 36500, sous le commandement du capitaine Bernie Webber. Ce dernier et son équipage de trois hommes se lancent dans une périlleuse mission à bord de leur embarcation sous-dimensionnée au regard des éléments déchaînés, un canot de bois de 11 mètres. Avant même qu’ils soient sortis du port, ils perdent le pare-brise et le compas de navigation.
Pourtant, les quatre hommes persévèrent, et malgré des vents de la force d’un ouragan, des vagues de 20 mètres de haut, des températures glaciales et une visibilité quasi nulle, ils parviennent miraculeusement à localiser le Pendleton. Au prix d’efforts inouïs, ils vont réussir à sauver 32 hommes sur les 33 que compte l’équipage
.

Affrontant la colère destructrice de l’océan, 36 hommes, réfugiés sur un bateau prévu pour 12, vont tout faire pour rentrer chez eux...

 

Notation : 15/20

 

Ma critique : Ce film est intéressant de par le fait qu'il soit tiré d'une histoire vraie (vous verrez d'ailleurs les visages des vrais protagonistes à la fin). Doté de moyens conséquents, il dispose en outre d'une brochette d'acteurs de renom : Chris Pine (Star Trek into the darkness, Target), Casey Affleck (Gone baby gone, Les amants du Texas), Eric Bana (Hulk, Du sang et des larmes) et Ben Foster (Pandorum, Du sang et des larmes). Cependant, il est dommage que Pine affiche un air de chien battu tout au long de l'histoire, ce qui finit par agacer quelque peu. Les effets spéciaux sont réussis et quelquefois impressionnants, le rythme est linéaire sans être ennuyeux, mais il manque toutefois cette once de profondeur au niveau des personnages, ce qui empêche ce long métrage d'être aussi touchant qu'il devrait l'être. Cependant, on ne voit pas le temps passer et les deux heures de projection passent relativement vite. Un spectacle est donc agréable dans l'ensemble.

 

Date de sortie en France : 24 février 2016

Date de sortie en DVD et Blu-Ray : Prochainement

 

Bande-annonce :

Publié dans DRAME

Commenter cet article