CHE - 1ère partie : L'argentin (Che part 1)

Publié le par corsu61



http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/36/35/03/18936802.jpgCuba, 1952 : le général Fulgencio Batista fomente un putsch, s'empare du pouvoir et annule les élections générales. Bravant ce dictateur corrompu, un jeune avocat, Fidel Castro, candidat à la députation sous la bannière du Parti du Peuple, passe à l'action. Dans l'espoir de provoquer un soulèvement populaire, il attaque avec 150 jeunes la caserne de Monaca le 26 juillet 1953. L'opération échoue ; Castro passe deux ans en prison. Amnistié en 1955, il s'exile à Mexico. Pendant ce temps, au Guatemala, un jeune Argentin idéaliste, Ernesto Guevara, se lance en politique. En 1954, lorsqu'un complot militaire soutenu par la CIA renverse le gouvernement, démocratiquement élu, de Jacobo Arbenz, Guevara se réfugie au Mexique. Après une première prise de contact au Guatemala, il rejoint un groupuscule révolutionnaire cubain. le 13 juillet 1955, dans un modeste appartement de Mexico, Raul Castro présente Guevara à son frère aîné, Fidel. Une rencontre discrète, qui marque une date clé dans l'histoire de Cuba. Guevara se voit immédiatement confier une opération de guérilla en vue de renverser Batista. Les Cubains affublent le jeune rebelle d'un sobriquet courant en Argentine : "Che". 26 novembre 1956 : Fidel Castro embarque pour Cuba avec 80 rebelles. L'offensive se solde par un massacre : seuls douze hommes en réchappent, dont le Che (médecin du groupe) et Castro. Réfugiés dans la Sierra Maestra, les "barbudos" déclarent la "guerre totale"au régime de Batista. Guevara prouve ses qualités de combattant et se rend indispensable à ses compagnons. La résistante s'intensifie, gagne toute l'île. 1er janvier 1959 : les rebelles célèbrent leur victoire à Santa Clara, le dictateur s'enfuit. Fin de la 1ère partie...

Ma critique : Fouillée et précise, cette évocation de la vie du"Che" est très intéressante. Parsemée de flahbacks, elle nous apprend beaucoup de choses sur cette icône de la Révolution. Campé par Bénicio Del Toro (Nos souvenirs brûlés, 21 grammes) au demeurant très sobre, ce personnage est cependant démontré comme un grand humaniste. Ne vous attendez pas à des scènes de combat omni-présentes ainsi qu'à une description très dure de la vie dans la jungle, mais vous allez surtout assister à un déballage d'idées politiques et de discours. En effet, le réalisateur Steven Soderbergh nous sort de son chapeau un film assez sage, voire plat dans sa conception, et si vous n'êtes pas intéressé par le pourquoi du comment des choses, vous risquez de vous ennuyer, du moins pendant la première heure et demie. Il se rattrape un peu sur la prise de Santa Clara, mais c'est tout. Pour ma part, j'attendais quand même un peu plus de lyrisme et d'action...Reste à attendre le deuxième opus.
 
Date de sortie en France : 07 janvier 2009
 Date de sortie en DVD : 08 juillet 2009
Notation : /5
Bande-annonce :

Publié dans BIOPICS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

corsu61 22/01/2009 09:28

ravi de te satisfaire palilia. Quel dommage que tu abandonnes ton blog, il est en effet rare de voir une passionnée telle que toi. Mais c'est ton choix. En tout cas, c'est toujours un plaisir de te lire. Et pour l'histoire du bérêt, ça doit valoir le détour ! LOL

Palilia 21/01/2009 19:44

tu l'as très bien expliquéle pourquoi du comment... tu sais, avant de me plonger dans les bouquins, quand j'étais jeune il y a longtemps je ne connaissais le Che sur les drapeaux ou les tee-shirts.. il existe maintenant d'ailleurs en béarnais à côté d'un paysan qui lui dit en substance "hé ho ! c'est pas comme ça qu'il faut mettre le béret".
J'ai souvent confondu avec Fidel Castro quand j'étais enfant mais on ne nous laissait pas trop écouter la radio.
J'aime bien avoir une explication historique et rationnelle non romancée des choses importantes et tu l'as très bien fait... comme toujours Corsu. Quand j'abandonnerai bientôt mon blog, je te laisserai en lien dans mon dernier article avec quelques autres car ton blog mérite vraiment le détour. Il est à la fois distrayant et intéressant. Merci à toi et bonne soirée