CRAZY HEART

Publié le





A 57 ans, Bad Blake, chanteur de country, vit toujours sur la route, jouant des vieux hits dans des bars de troisième zone et des salles de bowling. Ce qui lui reste de célébrité disparaît peu à peu. Le mieux qu'il puisse espérer aujourd'hui, c'est de faire la première partie de Tommy Sweet, qui fut son jeune protégé et à qui il a tout appris.
De petit concert en petit concert, la route de Bad suit son cours, jusqu'au soir où il fait la rencontre de Jean, journaliste locale. Bad s'attache plus que d'habitude. Même s'il ne fait aucune promesse, et que Jean, mère divorcée, sait qu'elle n'a rien à attendre de lui, ils reviennent sans cesse dans les bras l'un de l'autre.
Mais Bad, à peine capable de garder la tête hors de l'eau, est-il capable de s'occuper de qui que ce soit d'autre que lui ?

Ma critique : Amateurs d'action et de rythme échevelé, vous allez en être pour vos frais car "Crazy Heart" est bien loin de tout cela. Reposant presque entièrement sur la formidable interprétation de Jeff Bridges (Starman, The big Lebowski), d'ailleurs récompensé par l'Oscar du meilleur acteur 2010, et de celle toute en finesse et en délicatesse de Maggie Gyllenhaal (The Dark knight le chevalier noir, World Trade Center), nominée également dans la catégorie "meilleure actrice dans un second rôle", ce film va vous plonger dans cet épisode de la vie de Bad Blake, chanteur de country à succès alors au crépuscule de sa carrière, dans un faux rythme lancinant et linéaire. C'est l'histoire toute simple d'un homme à la dérive, alcoolique, talentueux, conscient de ses erreurs passées mais poursuivi par ses démons, à qui le destin va donner un petit coup de pouce. Ce long métrage nous relate tout ceci sur fond de bars sombres et de musique country, et si par malheur vous n'accrochez pas tout de suite, vous risquez fort de vous ennuyer tout au long des deux heures de projection. Cependant, si le contraire se produit, vous allez profiter d'un film intelligent, plus profond qu'il n'y parait, et vous aurez même le plaisir de voir apparaitre Robert Duvall (Open range, Sanglantes confessions) et Colin Farrell (Bons baisers de Bruges, Le rêve de Cassandre). Un film de qualité, sensible, à l'échelle humaine, et terriblement réaliste.

Date de sortie en France : 03 mars 2010

Bande-annonce : CLIQUEZ ICI !!!
 


Publié dans DRAME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article