EMBRASSE MOI, IDIOT (Kiss me, stupid)

Publié le

EMBRASSE MOI, IDIOT (Kiss me, stupid)
EMBRASSE MOI, IDIOT (Kiss me, stupid)
EMBRASSE MOI, IDIOT (Kiss me, stupid)
 

Dino, un chanteur de charme sur le retour, tombe en panne de voiture dans une petite ville du Nevada. Le professeur de piano Orville Spooner l'accueille et aimerait lui faire entendre ses chansons. Il décide d'éloigner sa femme pour la faire remplacer en engageant Polly, serveuse dans un bar et entraîneuse à ses heures. Dino peut donc séduire la présumée épouse, sans nuire au bonheur conjugal d'Orville. Mais rien ne se passe comme prévu...

 

Notation : 18/20

 

Ma critique : Ah les grandes comédies de l’âge d’or hollywoodien… Quelle classe et quel plaisir ! Ce long métrage signé Billy Wilder est depuis entré au panthéon des grandes comédies des années 60. Réunissant le crooner Dean Martin (Rio Bravo, Comme un torrent), incroyable de décontraction et de finesse, Kim Novak (Sueurs froides, L’ange pervers) qui, grâce à son charme, illumine la pellicule, et Ray Walston (L’arnaque, La kermesse de l’Ouest) irrésistible en mari jaloux, ce film réjouira les adeptes du genre. Ponctué de chansons interprétées par…. Dean Martin (of course), il nous entraîne dans un tourbillon de scènes toutes plus pétillantes les unes que les autres grâce à un rythme qui ne faillit jamais. Et ne perdez pas de vue que ce film est daté de 1964 et qu’il dure plus de deux heures ! Quelques petits exemples du génie de Billy Wilder : à cette époque, les ligues de vertus étaient très influentes et il n’était pas de bon ton de se moquer du mariage. De plus, il était interdit de montrer un nombril sur l’écran, c’est la raison pour laquelle celui de Kim Novak est habillée d’un diamant….  Pour finir, habitué à marquer son empreinte grâce à la dernière phrase de ses films (souvenez-vous de « Personne n’est parfait » dans « Certains l’aiment chaud »…), il termine celui-ci par « Embrasse-moi idiot », le titre de son film… Conspué par la critique à sa sortie et déclaré comme inconvenant (la morale n'est pas tout à fait sauve...), c’est aujourd’hui un régal de visionnage que l’on prend plaisir à partager avec des amis…

 

Date de sortie en France : 25 décembre 1964

Date de sortie en DVD : 18 mai 2004

 

Bande-annonce

 

Publié dans COMEDIE

Commenter cet article