EN LIVE AVEC LES STARS !

Publié le par corsu61

Cette catégorie vous permet de découvrir les stars sous leur vrai jour, et non celui qu'elles veulent bien montrer par l'intermédiaire de leur agent, leur attaché de presse, ou leur prestation dans une émission de télévision.

Pour cela, profitant de mon expérience de plusieurs années dans le domaine de l'interview, je vous propose le récapitulatif des rencontres que j'ai pu avoir avec vos acteurs ou actrices préférées, et je vous joins les interviews correspondantes.

Tout vous est relaté, sans fard ni dissimulation, et sans aucune langue de bois. Vous allez découvrir que certaines stars sont loin de l'image que l'on veut donner d'elles, que ce soit en bien ou en mal.

N'hésitez pas à me laisser vos coms pour me relater vos impressions.... Alors, bon voyage de l'autre côté du miroir...

 

Aujourd'hui :

EN LIVE AVEC LES STARS !

26 avril 2013. L'acteur est au théâtre municipal de Bastia pour y interpréter la pièce "Hollywood". Après avoir pris rendez-vous, il est convenu de nous retrouver dans un petit salon de l'hôtel qu'il va occuper pendant son séjour en Corse.

L'acteur est pile à l'heure. Nous nous installons confortablement et faisons un peu connaissance. Thierry Frémont semble un peu sur la défensive, est très attentif à tout mais va se détendre progressivement, au fur et à mesure de l'avancée de l'interview. Passionné par son métier, il va se révéler un homme charmant, sympathique et totalement hors du circuit du star-system. Un grand comédien et une personnalité humble et discrète... 
L'interview peut donc commencer...
 
Je vais essayer de réaliser une interview la plus neutre possible, car je vous avoue que vous faites partie de mon top 3 des acteurs français...
1.JPG(Il sourit) Et bien, ça me fait plaisir ! 
Quelles sont les circonstances qui vous ont amenées à faire ce métier ?
Ce sont les hasard de la vie, des frustrations, une mauvaise orientation scolaire. J'avais l'impression de perdre mon temps dans les études que je faisais. Je me suis donc demandé ce que j'avais vraiment envie de faire dans la vie. Finalement, le fait d'avoir été mal orienté m'a permis de me responsabiliser. J'ai réfléchi pendant deux ou trois nuits et ça m'est venu : acteur. Voilà. Le texte, la langue française, l'envie de changer de peau, de voyager, tout ça m'a décidé à faire ce métier. 
Vous êtes l'archétype de l'acteur caméléon. Vous avez interprété tout un panel de personnages célèbres : Nicolas Sarkozy, Francis Heaulme, le capitaine Alfred Dreyfus, Pablo Picasso et j'en passe... Vous avez déclaré dans une précédente interview que lors de la préparation de vos rôles, vous basculiez dans l'obsession...
(Il fait la moue) Mouais... Je considère qu'une fois que le travail est fait, c'est trop tard pour le corriger. Et quand on fait un travail d'image, ce dernier peut être vu pendant des dizaines, voire des centaines d'années. Il faut donc travailler un maximum parce qu'on ne pourra plus corriger après. Dans mon cas, à partir du moment où on me confie un personnage, je donne tout mon temps jusqu'au tournage pour qu'il soit le plus visité, le plus exploré, le plus imaginé, le plus nourri.
Quand ce sont des personnages particulièrement difficiles, comme celui du tueur en série Francis Heaulme, comment préparez-vous votre rôle ?
Tout d'abord, quand vous interprétez un personnage connu, il y a beaucoup de travail pour lui ressembler physiquement. Ensuite, il y a un travail psychologique pour essayer de comprendre le personnage à jouer. Même quand on en joue des horribles... Un acteur ne peut pas juger les personnages. S'il joue en jugeant, l'interprétation sera mauvaise. Il faut comprendre ses motivations et cela demande beaucoup de travail d'exploration, de documentation et également d'imagination. Parce que cela ne reste quand même que mon point de vue...
2.JPGVous auriez aimé rencontrer Francis Heaulme ?
Je l'ai rencontré, lors d'un procès, mais ça ne sert à rien. On ne discute pas avec lui, il n'a pas grand chose à dire.
Alors, qu'est ce que ça vous a apporté de le rencontrer ?
Rien. C'était juste pour finaliser dans ma tête. Boucler la boucle, me retrouver dans le même espace que lui. 
Vous avez été primé pour votre interprétation, et vous avez notamment reçu un International Emmy Award. Vous êtes, à ce jour, le seul acteur français à en avoir eu un ! Quel impact cela a-t-il eu sur vous ?
(Il sourit). Ca fait plaisir. Et surtout aux États-Unis parce que je considère qu'ils aiment vraiment les acteurs, et ils savent récompenser ceux qui prennent des risques. En plus, ils me récompensaient vraiment pour mon travail, parce qu'ils ne me connaissaient ni d'Eve ni d'Adam ! Aucune copinerie ou autre chose... C'était très important pour moi...
Et que pensez vous, en général, des récompenses cinématographiques ?
Comme disait ma grand-mère, il vaut mieux se prendre ça qu'un coup de pied dans le cul ! C'est gratifiant. On se dit que des gens ont aimé notre travail. Mais ça ne doit pas s'arrêter là et je ne fais pas ce métier pour ça... Je dis ça, et pourtant, j'ai été beaucoup récompensé ! (Il sourit). En tout cas, je ne choisis pas mes rôles en me disant que c'est un rôle à "César" ou autre chose... Les récompenses, je dirai que c'est la cerise sur le gâteau. 
Vous ne faites pas de plan de carrière ?
Ah si ! Je fais des choix ! Mais pas pour avoir des prix. Je fais des choix pour me faire plaisir, pour explorer des choses que je ne connais pas encore. Aussi parfois pour toucher un autre public...
 Au niveau des personnages connus, il y en a un que vous rêveriez d'interpréter ?
(Il réfléchit longuement). C'est difficile... Non, je ne sais pas... (Il réfléchit encore)... Peut-être des personnages historiques... La Fayette... A brûle-pourpoint, c'est difficile comme question. J'ai envie de tout jouer en fait !
3Vous êtes un boulimique ?
Je ne suis pas un boulimique mais j'ai envie de jouer plein de choses. Je considère que je peux jouer plein de choses.
Vous aimez les transformations physiques ?
Oui, mais dans tous les personnages que j'ai interprété dans ma carrière, cela ne représente que 5 ou 10%. Je ne fais pas que ça, mais par contre quand ça se présente, j'aime ça ! J'aime disparaître derrière un personnage, j'aime devenir l'autre. Je ne refuse pas l'obstacle ! Quelquefois, j'ai joué aussi des personnages qui étaient proches de moi...
Parlons de vous... Vous êtes un comédien très discret...
Oui. Je communique mais je ne veux pas non plus me répandre dans les journaux.
Qui êtes-vous réellement ?
Me résumer ? Je ne peux pas le faire, c'est trop difficile.
Vous êtes trop complexe ?
Je pense que oui. J'étudie des personnages et je ne m'étudie pas forcément moi. Je ne sais pas qui je suis... Enfin, si, je sais...
Bref, en clair, vous ne voulez pas me répondre ! (Nous rions ensemble).
Je suis un comédien ! (Il sourit)
4.JPGVous jonglez entre cinéma, théâtre et télévision...
Oui. Je considère qu'il n'y a pas de vecteur majeur. J'ai autant de plaisir à faire une très bonne pièce, qu'un très bon téléfilm, qu'un très bon film au cinéma. Et puis la vieille barrière qui existait entre la télé et le cinéma n'existe plus. Je prends juste les bons projets là où ils sont.
Comment les choisissez-vous ?
Généralement, je choisir un script ou une pièce parce que dès que je la lis, c'est immédiatement évident. J'ai envie de dire, ou les mots d'auteur, ou ce que cela raconte. Ca me touche tout de suite et je me dis que ce texte est formidable. Mais parfois aussi, je lis un texte qui ne m'emballe pas spécialement... la journée se passe et une réflexion se met en marche, qui n'est pas commune... qui me lancine et qui ne me lâche plus. Ca arrive de temps en temps. 
Comment une personne comme vous navigue t-elle dans le métier du show-business ?
En fait, je ne sais pas ce que ça veut dire. Le showbiz, ce n'est pas mon métier.
Vous allez dans les réceptions mondaines ?
Ca peut m'arriver, mais c'est très rare. Le showbiz, c'est un autre truc. Les acteurs ne sont pas obligés d'en faire (il y en a plein qui en font), mais ce n'est pas obligatoire. On n'est pas obligés de faire certaines émissions un peu nazes qu'on peut trouver à la télé !   
Du genre ? (Je ris)
Je ne vais pas donner de noms, mais on le voit bien. Vous savez, les émissions dans lesquelles les acteurs sont là, à faire le tapin, à faire des mauvaises blagues, à se marrer sur des conneries faites par des participants nuls. On n'est pas obligés de faire ça ! Souvent, certains se sentent obligés de le faire parce qu'en France, le système fonctionne mal ! Les producteurs se rassurent en se disant qu'un acteur est bankable parce qu'on le voit dans ce genre d'émission ! Moi, je préfère ne pas le faire, quitte à ce que ce soit plus rugueux pour moi. Je n'ai pas envie de faire le tapin.  
5.JPGOn ne vous entend pas non plus intervenir au niveau politique...
J'aime beaucoup regarder les débats et j'ai mes propres idées, mais j'ai une espèce de vieux réflexe paysan. Comme disait mon grand-père : "on ne parle ni de politique ni de religion, parce que ça fout systématiquement la merde". Je trouve qu'il y a un truc qui ne va pas dans la démarche d'un acteur qui profite de sa notoriété pour défendre tel ou tel candidat. Je ne comprends pas ! En plus, le type se tire une balle dans le pied tout seul parce qu'il perd forcément une moitié de son public ! (Il rit). 
Si vous aviez un conseil à donner à un jeune acteur, quel serait-il ?
Il faut avoir beaucoup de courage. C'est un métier dans lequel on est dépendant de beaucoup de choses : du succès, du public... On ne sait jamais si le projet que l'on finit ne sera pas le dernier. C'est flippant ! Et puis il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus. En plus, beaucoup le font pour de mauvaises raisons. Ils ne veulent pas être acteurs, ils veulent être connus ! Ca part mal. Il faut savoir que c'est un métier qui peut être fascinant quand on travaille, qu'on peut y rencontrer des gens extraordinaires, mais qu'il y a aussi des périodes de vide vertigineux, d'attente, qu'il faut accepter. Attention, je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire, bien entendu ! Pour ma part, je remercierai toujours mes parents qui m'ont encouragé. Ce sont des gens très simples qui ne viennent pas du tout de ce milieu. Un jour, ma mère m'a dit : "tu as une passion, vas-y !". Génial ! Alors je dirais à un jeune acteur : "Si c'est ta passion, fonce ! Mais attends toi à ce que cela soit difficile".  
Et bien merci beaucoup de m'avoir reçu.
Mais je vous en prie.
7.JPG
Reportage photo réalisé par Candice Obron-Vattaire
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article