LA DAME DE FER (The Iron Lady)

Publié le par corsu61

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/03/48/19864472.jpg

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/03/48/19863664.jpg

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/03/48/19863670.jpg

Margaret Thatcher, première et unique femme Premier ministre du Royaume-Uni (de 1979 à 1990), autrefois capable de diriger le royaume d’une main de fer, vit désormais paisiblement sa retraite imposée à Londres. Agée de plus de 80 ans, elle est rattrapée par les souvenirs. De l’épicerie familiale à l’arrivée au 10 Downing Street, de succès en échecs politiques, de sacrifices consentis en trahisons subies, elle a exercé le pouvoir avec le soutien constant de son mari Denis aujourd’hui disparu, et a réussi à se faire respecter en abolissant toutes les barrières liées à son sexe et à son rang. Entre passé et présent, ce parcours intime est un nouveau combat pour cette femme aussi bien adulée que détestée...

 

Ma critique : Tout (ou presque) sur Margaret Thatcher... Sa jeunesse, son ascension politique au sein du gouvernement britannique, ses prises de positions concernant l'économie anglaise, l'IRA, la guerre des Malouines, la guerre froide, puis la fin de sa carrière... Tout ces sujets sont traités avec un maximum de tact. Que l'on soit d'accord ou pas avec le personnage, il faut bien avouer que la formidable prestation de Meryl Streep (Sur la route de Madison, Out of Africa) n'est pas étrangère au fait que l'on finisse par la trouver quelque peu "sympathique". Curieusement, ce ne sont pas les aspects politiques qui sont les plus intéressants. Le public découvre la face cachée de Margaret, celle de sa vie privée. Sacrifiant tout pour son ambition, elle retrouve la cellule familiale (abandonnée plus tôt pour satisfaire ses ambitions politiques) une fois que la maladie pointe son nez.. Et il faut bien reconnaître que c'est très touchant. Toute la fragilité d'une femme malade, pourtant habituée aux situations les plus extrêmes, sont résumées dans ses regards inquiets. Ses hallucinations, ses échanges avec son mari défunt, sa fille dévouée... Tout cela apporte une sensibilité que l'on ne connaissait pas à "La dame de fer". Du côté purement politique, il est dommage qu'aucune allusion ne soit faite aux relations qu'entrenait forcément Margaret Thatcher avec la famille royale... Peut-être la réalisatrice Phyllida Lloyd voulut-elle ménager quelques susceptibilités... Toujours est-il que ce film est loin de valoir un biopic politique du genre "Frost/Nixon", mais qu'il possède assez de qualités pour intéresser une certaine catégorie de spectateurs...

 

Date de sortie en France : 15 février 2012

 

Notation : /5

 

Bande-annonce :

 

Publié dans BIOPICS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

palilia 17/02/2012 19:49

j'aime bien que les acteurs ressemblent au personnage et Meryl STREEP a les joues plus émaciées. Ceci dit, c'est vrai que c'était un sacré personnage mais j'ai le souvenir de Bobby Sand... bref,
comment on peut avoir de la compassion à la fin pour quelqu'un qui n'en a pas eu ? en même temps, c'était une véritable "Gouvernante". J'ai envie de le voir ce film