LE NOIR (TE) VOUS VA SI BIEN

Publié le par corsu61

http://fr.web.img6.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/93/40/45/20254376.jpg

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/94/59/99/20341419.jpg

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/94/59/99/20341453.jpg

Une famille orientale émigrée, en Europe. Moncef, le père, porte en lui la souffrance du déracinement et le poids de "l’ailleurs". Sauvegarder sa culture, vivre dans le respect des traditions, c’est pour lui, plus qu’une règle de vie, une manière de rester fidèle à son passé, à son origine et surtout… à lui-même.
Chaque matin, Cobra, sa fille, quitte la maison familiale. Voilée. Mais chaque matin, elle se change, dans un café, son refuge à elle ; avant de se rendre à son travail, la chevelure et l’esprit libres. A la maison, Moncef est inquiet : Cobra est encore célibataire et il voudrait bien la marier au plus tôt. Dans l’entreprise où Cobra travaille, le jeune patron est tombé amoureux d’elle. Il est prêt à tout pour l’épouser. Mais Cobra, elle, veut choisir, comme sa mère l’avait fait en son temps avec son père. Elle n’aura pas le temps de présenter "l’homme de sa vie" à ses parents. Un ami de son père les surprend. Dans le café…

 

Notation : /5

 

Ma critique : Drame de l'intégrisme et du poids de la religion au sein de la famille, ce film aurait pu être un véritable coup de poing dans l'estomac du spectateur. Néanmoins, il souffre d'une réalisation beaucoup trop épurée et d'un évident manque de rythme. Apparemment, le réalisateur Jacques Bral a longtemps hésité entre mettre en scène un film d'auteur et un film grand public. Aussi, pendant toute la première partie, on assiste à quelques soliloques ennuyeux ou à des acteurs qui s'adressent à la caméra. Puis, comme si Bral avait compris que l'intérêt du film résidait dans une histoire partagée, on bascule en mode grand public et là, cela devient nettement plus intéressant. L'interprétation est plutôt bonne de la part des comédiens et l'apport d'un acteur huppé comme Thierry Lhermitte (Les bronzés, Les ripoux) amène un plus indéniable à l'ensemble. Certains passages sont très durs (comme le dénouement) et je trouve pour ma part qu'il est dommage d'avoir, d'entrée de jeu, aiguillé le spectateur sur l'issue finale. En résumé, ce film, à force d'hésitation, est plutôt décevant de par sa réalisation, mais l'histoire mérite d'être visionnée, ne serait-ce que pour faire prendre conscience à une partie de la population qu'il existe encore, de nos jours, des drames de ce type... Deux smileys et demis.

 

Date de sortie en France : 05 décembre 2012

Date de sortie en DVD et Blu-ray : 05 juin 2013

 

Bande-annonce :

 

Publié dans DRAME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article