LE VILLAGE DES DAMNES (Village of the Damned)

Publié le





Une bourgade est victime d'un phénomène surnaturel. Quelques mois plus tard, douze têtes blondes naissent au même instant avec des intentions particulièrement hostiles...

Ma critique : Original repris en 1995 par le réalisateur John Carpenter, "Le village des damnés" reste un incontournable classique du film d'horreur. Avec peu de moyens, le metteur en scène Wolf Rilla nous manipule avec talent, en faisant monter le tension crescendo. L'allure froide et glaciale des enfants, l'attitude des parents, l'atmosphère lunaire de ce petit village anglais sont les principaux ingrédients d'un suspense haletant, et ce malgré les années qui nous séparent de la sortie de ce film. George Sanders (Salomon et la reine de Saba, La dixième femme de Barbe-bleue) est impeccable dans son interprétation et il est absolument impératif de ne pas manquer le dénouement, moment inoubliable pour les cinéphiles avertis. Du pur plaisir malgré le noir et blanc, noir et blanc qui ne fait d'ailleurs que renforcer l'ambiance crispante du scénario. Si vous n'avez jamais vu ce long métrage, mettez la main dessus sans tarder.

Date de sortie en France : 08 février 1961

Date de sortie en DVD : 25 janvier 2006

Bande-annonce : CLIQUEZ ICI !!!
 


Publié dans HORREUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cheap thomas sabo necklace sale 19/07/2010 11:32

Imagine how much happier you would be if you simply stopped complaining? Much of what you complain about is outside of your control anyway. What’s the point of brooding about something you have no power to change? Not very intelligent, if you ask me.
Simply becoming conscious of how much you complain is the first step to stopping. When you recognize that you’re complaining, stop and take notice of it. Ask yourself if you would rather complain, or be happy.

bond123 07/07/2010 08:34

Bien meilleur que le remake de John Carpenter, ce film se révèle être une pure réussite à plusieurs niveau. Le suspense et la tension vont crescendo et l'intrigue se révèle être un ingénieux point de départ pour un film qui restera pour moi l'ue des oeuvres phares des années 60.