LES VOYAGES DE GULLIVER (Gulliver's travel)

Publié le





Au cours d'un voyage, l'employé du service courrier d'une grande entreprise, Lemuel Gulliver, atterrit dans le Triangle des Bermudes et plus précisément sur l'île de Liliput. Alors que tous les habitants sont minuscules, Gulliver, lui, est devenu un géant...

Ma critique : Ce film est principalement destiné à un jeune public. Avec son lot d'effets spéciaux assez réussis, on se trouve propulsés dans un monde miniature tout à fait crédible. Si ce n'était la fâcheuse propension de l'acteur Jack Black (King Kong, Soyez sympas rembobinez) à en faire des tonnes, l'ensemble serait très correct. Mais cela reste tout de même assez léger. Les situations sont en dents de scie, avec leur lot de bons et de mauvais gags. Certains sont amusants (notamment ceux qui nous rappellent des grands classiques du cinéma), mais d'autres restent vraiment au raz des pâquerettes, voire même vulgaires (la danse de fin ou l'extinction de l'incendie au château). Heureusement, le charme de la délicieuse Amanda Peet (Mon voisin le tueur, 2010) opère toujours et grâce à un rythme relativement élevé et à une bonne humeur contagieuse, l'heure et demie de projection passe assez vite. Ceci dit, les amoureux de l'histoire originale vont faire des bonds et ne vont certainement pas se réjouir de cette adaptation. Un film divertissant, mais qui ne restera certainement pas dans les annales...

Date de sortie en France : 23 février 2011

Bande-annonce :

 




 


Publié dans COMEDIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

corsu61 19/05/2011 19:58

Oui, on peut dire ça voyages

Voyages 19/05/2011 16:29

Film suffisant pour se détendre pour les petits comme les grands ?

Palilia 03/03/2011 09:45

Tu vois, l'image de ce géant piqueté et encordé par des lilliputiens, c'est celle du bouquin qu'on lisait étant enfants. Mais quand on lit on se fait une idée des personnages et tu as raison, il est difficile de se projeter dans la réalisation de l'histoire. Et si tu dis qu'on risque de faire des bonds, rien qu'avec les images, je te crois. J'adorais ces histoires